Merci

Avec un tel sujet, on pourrait s’attendre à une suite de remerciements, mais l’objet de ce poste est plus pour expliquer le vrai sens de ce mot.

Deal ?

Merci a la même racine que marché. On le retrouve dans mercatique, commerce… Le but de ce mot est de désigner qu’une personne met un terme aux services d’une autre, suite à une demande ou au respect d’un contrat.

De ce fait, quand quelqu’un vous rend un service (demandé ou non), vous le libérez de son acte en lui disant « merci ». Quand une personne est licenciée, elle est également remerciée. Et quand deux personnes se disent merci mutuellement (notamment lors d’un échange), elles font un commerce.

Chronologiquement, cela se passe de la sorte :

  1. une personne A demande quelque chose à une personne B (ou pas)
  2. la personne B apporte la chose à la personne A
  3. la personne A, si la chose lui satisfait, remercie la personne B et la délie de son service

Ainsi, merci revient à donner le change et à éponger sa dette vis-à-vis de cette personne. On retrouve la notion de marché.

Dis merci à la dame !

Par la suite, le mot a pris une connotation de politesse, alors que, lorsqu’on nous apprend à utiliser ce mot, c’est souvent alors que les enfants n’ont rien demandé, et que les adultes attendent une reconnaissance de leur attention, voire un prétexte pour de nouvelles attentions (si l’enfant est impoli, l’adulte ne désirera plus montrer d’attention, alors que c’est le rôle du remerciement. Paradoxal, non ?).

En clair, on remercie afin de ne plus être redevable vis-a-vis d’une personne. Pour certains faits, cela suffit, pour d’autres une contrepartie est nécessaire, et le commerce (ou le marché) prend place.

Dans notre société, on privilégie le donnant-donnant, afin de pérenniser les relations sur le long terme. Dans des peuples développant la culture du don, le remerciement fait office de paiement, et n’attend aucune forme de bien ou de service en retour.

De plus, selon les pays, le sens de ce mot diffère :

  • en anglais, « thank you » signifierait « sois gracié ». on retrouve un sens proche en italien et espagnol, avec respectivement Grazie et Gracias
  • en portuguais, « obrigado » signifie littéralement « obligé »
  • en allemand, la notion de grâce est très forte dans la sémantique de Danke
  • en russe, Blagodaria signifie « bon à donner »
  • etc.

Quid du compliment ?

Ceci est amusant : lorsqu’une personne vous fait un compliment, vous dites « merci ». Et ce, toute culture confondues ! Mais où est le deal ?

En fait, on peut supposer que complimenter revient à rendre un service à quelqu’un, en résultat d’une travail personnel fourni : performance, compétence, esthétique, etc. Il serait plus logique de répondre une phrase du genre « ce que tu me dis me fait plaisir », sauf si vous le faites dans l’attente d’un compliment, auquel cas, oui, il y a deal :

  1. je développe un trait de ma personnalité, une compétence, une apparence
  2. un entourage apprécie et m’en fait part
  3. « merci », fin du deal

Dans l’idéal, la meilleure réponse à un compliment serait « cela me touche », « cela me fait plaisir ».

Merci, et après ?

Mais le deal ne s’arrête pas là, car une fois que la personne A a remercié, ce qui clore le service la personne B rajoute une phrase pour confirmer que le service est clos. Cependant, les réponses suivant les remerciements varient aussi d’un pays à l’autre :

  • en français, « de rien » ou « il n’y a pas de quoi » donnent un détachement sur l’acte accompli et le paiement par le remerciement
  • en anglais, « you’re welcome » signifie « tu es bienvenue », autrement dit n’hésite pas à me demander quelque chose
  • en italien, on répond « prego », qui signifie « je prie ». Il est assez proche du « je vous en prie » français
  • en allemand, « bitte » a plusieurs origines, notamment une humiliation publique pour demander pardon, ou une prière pour les autres.
  • en indonésien, le sens premier du mot « kembali » est « retourner »

Etat de grâce ?

Beaucoup de langues utilisent la grâce en guise de remerciement. La grâce est une action accordée, notamment à un condamné, un droit auquel il ne prétend pas ou plus en temps normal.

De ce fait, gracier signifie donner de l’importance à une personne, la considérer au-delà des droits sociétaux, légaux, judiciaires. Là est toute la connotation positive du remerciement, que l’on dénigre avec un « de rien » ! Sentez ici aussi la force du paradoxe !!!

La grâce se retrouve également dans l’économie monétaire avec la gratuité, qui partage sa racine avec la grâce. On offre gracieusement plus pour le même prix, on valorise le consommateur en augmentant son pouvoir d’achat.

Mot de la fin

Fin. Mais il y en a tellement à dire…

Laisser un commentaire